SLiCA

www.arcticlivingconditions.org

The Survey of Living Conditions in the Arctic (SLiCA) is a project of international scope regarding the objective and subjective living conditions of the Inuit, Saami and Chukchi peoples. Launched in 1997 on the initiative of the statistics office of Greenland, the project brings together researchers and aboriginal associations of other Arctic regions: Alaska; the Northern regions of Norway, Sweden and Finland; the North-west and Far-eastern regions of the Russian Federation. The project was launched in Canada in 1998 under the direction of Professor Gérard Duhaime, with the close collaboration of the national and regional Inuit organizations and Professor Heather Myers of the University of Northern British Columbia, and with the long-term financial support of the Social Sciences and Humanities Research Council of Canada.

SLiCA is based on an international questionnaire, adjusted to the specificities of each participating region. At the request of the Canadian Inuit organizations, and thanks to the openness of Statistics Canada, the Canadian questionnaire was completely included in the Aboriginal Peoples Survey, of which it formed the Arctic Supplement as from 2001. Thus Canada became the first country participating in SLiCA to obtain results, as it was the only one with such an extensive probability sampling. The Survey was repeated in 2006 by Statistics Canada. Canada is also the only participating country to have at least two rigorously comparable sets of data.

SLiCA sought to measure the objective but also the subjective living conditions of the peoples concerned namely to solve the seeming enigma of their desire to remain in their regions despite sometimes very difficult physical conditions. The survey gave rise to developments in the theories and methodologies, and also improved the empirical comprehension of life in the Arctic. 
 

NEWS

CARTE POSTALE D'ANNÉE D'ÉTUDE ET DE RECHERCHE
Le Bulletin d'information du Département de sociologie vient de faire paraître un texte écrit par Gérard Duhaime à son départ d'Hawaii où il a séjourné à titre de premier titulaire de la Chaire de recherche Fullbright-Canada en sciences sociales à l'Université d'Hawaii à Manoa. Le séjour de M. Duhaime l'a notamment amené à étudier les conditions de vie des autochtones hawaiiens. 


SHARED VOICES MAGAZINE 2017
La dernière parution de ce magazine édité par UArctic a comme thème l'histoire et le développement de l'University of the Arctic. Le titulaire de la chaire, Gérard Duhaime, y propose un article qu'il a cosigné avec Rasmus Ole Rasmussen ayant pour titre: The CASS PhD. Network as a Precursor of the UArctic Key Teaching Practices.


LANCEMENT DU CONCOURS DES BOURSES DE LA CHAIRE LOUIS-EDMOND HAMELIN 2017-2018
La Chaire Louis-Edmond Hamelin de recherche nordique en sciences sociales annonce la tenue de son concours de bourse d’excellence, de bourse de fin de rédaction et de subvention à la mobilité pour les étudiants inscrits à la maîtrise ou au doctorat. Les dossiers doivent être déposés au plus tard le 24 novembre 2017. Les conditions d'admissibilité ainsi que les modalités d'inscription sont disponibles sur le site de la chaire.


BOURSES POSTDOCTORALES BANTING
Le programme de bourses postdoctorales Banting est ouvert aux candidats canadiens et aux candidats étrangers qui ont récemment obtenu un doctorat (ou l'équivalent) ou un diplôme de professionnel de la santé. Les bourses s’élèvent à 70 000 $ par année, pour une durée de deux ans. La date limite interne à l’Université Laval pour soumettre sa candidature est le 8 août 2017. Seuls les dossiers acheminés au plus tard à cette date et recommandés par le comité d’experts recevront une lettre d’appui de l’Université Laval.  


NOUVEAU MÉMOIRE
Claire Bauler, étudiante en sociologie dirigée par Gérard Duhaime, a récemment effectué le dépôt final de son mémoire de maîtrise. Intitulé Nourrir la communauté. Analyse du lien social dans deux cuisines du Nunavik, le mémoire montre que les cuisines collectives peuvent être analysées comme une stratégie de lutte contre l'insécurité alimentaire, mais également comme un lieu de rassemblement, d'échanges, d'apprentissages et de partage d'expériences entre les membres qui y participent.